Bon anniversaire Doom !

Jusqu’au bout, 1993 aura été une année mythique pour les joueurs de tout poil, aussi bien micro que console (et on n’a même pas parlé de la 3DO qui arrivait en France fin novembre 93). Aujourd’hui 10 décembre 2013, on fête les 20 ans de Doom sorti sur PC, sous DOS plus précisément. Ce sont les programmeurs et développeurs de génie d’id Software (prononcez ‘id’ comme dans le ‘id’ défini par Freud ou comme le personnage dans l’excellent Xenogears et non pas comme deux lettres qui voudraient dire ‘idea‘) qui nous ont concoctés ce jeu de légende.

Le développement de Doom remonte à 1992 alors que John Carmack fabrique de toute pièce un moteur 3D spécialement adapté au futur jeu de la société. Il fait ça en solo alors que le reste de l’équipe travaille d’arrache-pied pour sortir le succès qui précèdera Doom, Wolfenstein 3D. En termes d’influence on parle de films de science-fiction tels Alien et de sa suite ainsi que de films d’horreur célèbre comme Evil Dead 2. Mais pour le nom du jeu il faut chercher du côté d’un film assez peu connu car John Carmack déclare que c’est dans La couleur de l’argent (Color of Money) un film de 1986 dans lequel Tom Cruise annonce amener ‘une bombe’ (‘doom‘ en V.O) et que c’est ce terme précis qui l’aurait inspiré.

Quand le jeu est terminé et est uploadé sur le FTP de University of Wisconsin-Madison le 10 décembre 1993, c’est le carton ! Originellement distribué sous forme de shareware on estime à 1 million d’unités écoulées (vendues ou distribuées dépendamment des sources) tout de même. En 1995, après avoir pensé à les racheter, Bill Gates se sert du jeu pour faire la promotion du nouvellement disponible Windows 95.

Mais parlons du jeu tout de même car c’est ce qui compte. Doom vous met dans la peau d’un marine de l’espace chargé d’éliminer une menace extraterrestre ayant infecté et infiltré une base scientifique martienne. Le jeu se déroule de manière plus ou moins linéaire, certains niveaux se révélant de vrais labyrinthe à la longue. On collecte des cartes d’accès de différentes couleurs pour ouvrir différentes portes et ainsi accéder à la fin du niveau. En gros on avance, on shoot, on ramasse et on se casse ! Pas question de faire dans la dentelle et on n’est pas là pour réfléchir. En tant qu’ancêtre des FPS modernes, le jeu se contrôlait uniquement au clavier et on ne pouvait viser que latéralement. Les monstres en hauteur étaient visés automatiquement.
Le jeu est découpé en 4 épisodes (3 au moment de la sortie) dont le premier est gratuit d’où le shareware et chaque épisode comporte différents niveaux pour des heures et des heures de boucherie.

Doom-2-screenshots-3

On passera les différentes controverses, les détracteurs du médium n’ayant pas attendu le XXIème siècle pour déverser leur bile. On dira juste que ce jeu sublimait son prédécesseur et qu’il a été une révolution non seulement en termes de jeu mais aussi de créativité puisque au moment où les moddeurs en herbe ont eu la possibilité de créer leurs propres niveaux ou de complètement modifier le jeu ce fut un chamboulement dans toute la communauté des joueurs de l’époque.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.