Hier lors du Nintendo Direct, nous assistions tous, abasourdis, à l’annonce de l’arrivée de The Legend of Zelda Majora’s Mask sur 3DS au printemps 2015 dans une version lissée pour flatter la rétine des joueurs gâtés que nous sommes. Mais qu’est-ce que cette sortie nous révèle sur le constructeur/éditeur/développeur japonais ?

Tout d’abord, on serait en droit de penser que la re-sortie, 14 ans plus tard, d’un jeu rentabilisé une première fois sur Nintendo 64, est une manœuvre commerciale facile, ce qui n’est pas complètement faux. Cependant, il faut tout de même garder à l’esprit que ce Majora’s Mask était plus un pari à l’époque tout d’abord pour Eiji Aonuma qui débutait en tant que game director et qui avait alors une grande responsabilité. Puis le jeu, volontairement plus avancé graphiquement que le précédent épisode, nécessitait le fameux Expansion Pak afin d’avoir le boost de mémoire requis pour pouvoir démarrer. Enfin, le système de jeu très particulier (pensé à l’origine par Miyamoto et Koizumi) aura rebuté de nombreux joueurs qui s’attendaient plus à voir une suite à Ocarina of Time qu’un vrai nouvel épisode. Ceci se traduisit par des ventes plus qu’honorables de 3,36 millions de cartouches dans le monde ce qui reste deux fois moins que son prédécesseur. Toutes ces raisons font donc que la nouvelle sortie du jeu, qui plus est sur une console portable, est complètement justifié. Cela pourra permettre aux nouvelles générations de s’essayer à l’un des meilleurs épisodes, en tout cas le plus décrié et sous-estimé, de toute la série.

En parlant de licences, on reproche souvent à Nintendo de refaire toujours les mêmes et d’utiliser les mêmes sauf que, 1) si ça ne se vendait pas ils arrêteraient et on vit encore dans un monde capitaliste jusqu’à preuve du contraire et 2) si leurs jeux étaient vraiment mauvais, on pourrait avoir une raison de critiquer sauf que c’est loin d’être le cas. La sortie d’un remake comme Majora’s Mask est aussi l’occasion pour Nintendo de voir comment le jeu sera accueilli 14 ans après sa sortie initiale pour, et là mon propos n’engage que moi, peut-être les guider dans une orientation à prendre pour l’épisode Wii U ou un futur épisode 3DS. En tout cas, il n’y a pas de sonnettes d’alarme à tirer à chaque remake annoncé ou commercialisé, c’est aussi dans l’air du temps e ça l’a toujours été. En plus, on peut être chanceux avec Nintendo qui prend le temps de retravailler le jeu pour le sortir quand il sera prêt au lieu de se dépêcher pour vendre un jeu brut de décoffrage.

Au final, Nintendo peut donner l’impression de se reposer sur ses lauriers, mais lorsque l’on voit les efforts mis en œuvre et le niveau de finition des jeux sortis rien que sur ces deux dernières années, on ne peut que les remercier.

Oh et il y a 16 ans, F-Zero X sortait sur la même console que Majora’s Mask. Just saying…