Le mois dernier lors de mon passage en France, j’en ai profité pour aller à Paris et ainsi rendre visite à des amis que je n’avais pas vu depuis longtemps, j’ai même assisté à l’enregistrement d’un podcast et passé une soirée VIP et surtout j’ai pu me rendre dans un magasin de jeux exclusivement rétro que j’affectionne particulièrement qui va bientôt fêter ses 10 ans : Retrogame Shop. Régis, le très sympathique gérant de cette boutique a bien voulu répondre à quelques unes de mes questions et attendez-vous à des réponses assez surprenantes.

Retro-Game-Shop (13)

RetroGamer.ca : Depuis quand le magasin existe-t-il ?

Régis : La société Retrogame Shop existe depuis 2005 mais à la base nous étions le fournisseur jusqu’en décembre 2005 de quelques boutiques comme par de feu Japan-Type  ou J-Type un magasin de jeux vidéo qui était situé tout près d’ici, rue de Charonne. D’ailleurs quand ils ont fermé on a repris le même emplacement et on a officiellement ouvert en février 2006 à une rue de là, rue Trousseau. D’ailleurs le nom du magasin vient du magazine Retro Game que le gérant de Japan-Type, Stéphan Cahn, avait lancé en parallèle de son magasin.

RetroGamer.ca : Combien êtes-vous dans l’équipe ?

Régis : Je m’en occupe tout seul mais mon frère, Fred, qui gère sa société dans le même local vient de temps en temps me donner un coup de main bénévolement. Il est certes moins connaisseur que moi, mais il aime beaucoup les jeux vidéo et a un très bon contact avec la clientèle et ça m’aide bien d’avoir quelqu’un en renfort ponctuellement. Il m’arrive également de demander d’autres coups de main en période de rush comme pendant les fêtes par exemple.

RetroGamer.ca : 2005 ? Même à l’époque on parlait déjà de jeu rétro ?

Régis : Exactement ! D’une part c’était déjà courant donc on connaissait vraiment bien cette pratique et d’autre part notre idée était de se démarquer des autres. Car nous sommes les seuls à faire uniquement du rétro là où les autres boutiques parisiennes vont vendre du rétro mais aussi du récent pour rester à la page. Ensuite on fait ça parce qu’on aime ça aussi et qu’on a été bercé là-dedans. Par exemple je me souviens de l’époque où la FNAC [NDLR : chaîne de magasin similaire à FutureShop avec les livres en plus] vendait des PC Engine. De plus le rétro est maintenant très demandé ce qui fait que les prix augmentent. Là où on pouvait vendre un Zelda III sur SNES à 20€ il y a quelques années de nos jours ce n’est clairement plus possible. D’ailleurs à l’époque on faisait 99% d’importation sur toutes les machines rétro d’où des voyages réguliers au Japon pour chiner et trouver notre stock.

Retro-Game-2-pub-Retro-Game-Shop-site

RetroGamer.ca : Parlons de rétro maintenant d’ailleurs. Que penses-tu du rétro à l’heure actuelle ? Est-ce une simple mode ou notes-tu un véritable engouement pour l’histoire de ce medium ?

Régis : Je dirai un mélange des deux. Le public s’est considérablement élargi par rapport à 2005. Notre cible est maintenant, aussi surprenant que cela paraisse, la tranche d’âge des 18/25 ans contre les 25/35 ans d’avant mais qui reste notre public de base néanmoins. De même, l’import est en baisse par rapport aux jeux en version PAL sur les consoles 8 et 16 bits même si on constate un glissement vers les 32/64 bits qui ont marqué les jeunes de maintenant. Mais la grosse tendance de maintenant est vraiment du côté du PAL mais l’offre ne suit pas la demande ce qui fait que les prix augmentent. A contrario l’une des consoles qui a le plus chuté en popularité est la Saturn (à l’exception des shmup) qui est vraiment de moins en moins demandé alors qu’en 2007 encore les jeux étaient très en vogue.

RetroGamer.ca : Donc on peut vivre du rétro en 2014 sans problème ?

Régis : Oui mais c’est énormément de travail. En plus nous sommes là depuis près de 10 ans et mine de rien ça aide vraiment. Si un nouveau magasin de retrogaming devait ouvrir à Paris aujourd’hui je ne suis pas sûr qu’il s’en sortirait car outre la clientèle à fidéliser, il faut aussi avoir des partenariats solides. Par exemple avant je me rendais au Japon 3 semaines tous les 3 mois alors que maintenant je n’y vais plus que 2 ou 3 fois par an pour renforcer les partenariats que j’ai pu mettre en place. De plus, et c’est là notre plus grande difficulté, il faudrait que ce magasin trouve du stock. En effet trouver des jeux rétro est devenu un vrai défi en 2014 car entre eBay (surtout depuis 2006) et le reste, chacun a la possibilité d’acheter mais aussi de revendre ses jeux rétros à un public de plus en plus connaisseur même si cela comporte des contraintes. Faire des bonnes affaires ou tout simplement trouver des jeux intéressants se révèle de plus en plus compliqué et il faut maintenant miser plus en étant sûr de son coup. C’est la raison pour laquelle en plus de la boutique physique nous avons un site Internet, pour pouvoir toucher le plus de personnes possibles, même si c’est comme avoir un deuxième magasin à gérer.

RetroGamer.ca : Alors sans me révéler tes secrets, comment te procures-tu ton stock qui malgré tout reste conséquent ?

Régis : Pour les jeux japonais c’est simple et il n’y a pas de secret il faut aller au Japon. Même si là-bas aussi c’est compliqué de faire des affaires depuis quelques années il est encore possible de trouver ce que l’on veut quand on sait où regarder. Pour le PAL, nous rachetons à la fois des collections entières ce qui assure du stock sur la durée. Nous réalisons également des échanges ou des rachats en boutique et occasionnellement il reste les brocantes et pour peu que l’on s’y rende tôt (entre 5 et 7 heures le matin) et que l’on ait de la chance on peut trouver de quoi se satisfaire même si le stock se raréfie.

RetroGamer.ca : D’ailleurs on parle rétro depuis tout à l’heure mais qu’est-ce que tu considères, toi, comme rétro ?

Régis : Évidemment tout ce qui n’est pas de la dernière génération même si là on se retrouve dans une période bâtarde avec deux générations de consoles qui se chevauchent. Sinon pour moi le cœur du rétro ce sont vraiment les consoles 8 et 16 bits soit tout ce qui est sur cartouche en fait. Par exemple j’ai du mal à considérer la PlayStation 2 comme rétro mais le public est présent pour cette console donc nous en vendons depuis plusieurs années.

RetroGamer.ca : Quelle est la pièce que tu préfères dans ta boutique ?

Régis : Indéniablement le M82 de Nintendo qui n’est évidemment pas à vendre mais je me rappelle avoir vu et essayé cette borne au moment de la sortie de la NES en France dans les hypermarchés et dès que j’ai pu m’en procurer une, je l’ai fait. D’ailleurs on en avait même une deuxième qu’on a revendu pour le coup car c’est un objet de grande valeur tout de même.

RetroGamer.ca : Dans le même genre d’idée, est-ce que tout est à vendre dans le magasin ?

Régis : Pas tout à fait, le M82 n’est donc pas à vendre, de même que le R.O.B en boîte qui date de l’époque ASD soit les tous débuts de Nintendo en France. Sinon tout le reste est à vendre et surtout tout est sous garantie et testé.

RetroGamer.ca : On va maintenant revenir sur ton parcours de joueur et la façon dont tu est tombé dans le jeu vidéo. Peux-tu nous en dire plus ?

Régis : J’ai commencé sur Atari 2600 dans les années 80 ainsi que sur la Master System mais la console qui m’a le plus marqué reste sans conteste la PC Engine. Avec des titres comme Wonderboy in Monsterland ou encore Bikkuriman World elle m’a toujours étonné par ses prouesses. Sinon je trouve les jeux de maintenant très différents et pour la plupart moins intéressants même s’il y a plusieurs exceptions qui me font vraiment envie. Mon principal reproche reste qu’ils me font plus penser à des films interactifs qu’autre chose, et j’avoue que je m’amuse plus sur les jeux rétro, cela tombe bien !

RetroGamer.ca : Pour terminer cette entrevue peux-tu nous parler des événements qui sont organisés dans ton magasin ?

Régis : Comme nous avons le côté librairie le plus fourni avec des magazines, des livres et autres mooks on a pu organiser des soirées de lancement de certains numéros ou ouvrages de Pix’n Love. Nous sommes aussi le distributeur unique du magazine Rétro Vers le Futur. Mais mon événement préféré restera la soirée que l’on a organisée le 28 novembre 2013 avec Yoshihisa Kishimoto en personne soit le créateur de Kunio kun et Double Dragon ! En plus ce fut l’occasion pour les gens de se rencontrer et d’ailleurs de nombreuses amitiés se sont créées entre les clients du magasin donc rien que pour ça, l’aventure vaut le coup.

Un énorme merci à Régis de m’avoir accordé de son temps et d’avoir répondu à mes questions. Si vous voulez passer un bon moment et acheter de bons jeux rétros à prix corrects et surtout testés et garantis 1 mois,  je vous invite à vous rendre au 41 rue Basfroi 75011 Paris France ou si vous ne pouvez pas, vous pouvez par contre aller directement sur leur site internet qui propose peu ou proue tout ce qu’il y a physiquement dans le magasin et qui envoie à l’étranger donc chez nous.